Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
articlesler

Non au sacrifice du macho man sur l'Autel de la Diversité

Réfléchissons à la manière dont le gaming bénéficierait de personnages plus... haut en couleurs.

Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Tout a commencé par un commentaire sur un autre article. Ce commentaire évoquait l'égoïsme dont font preuve les joueurs privilégiés et le fait qu'ils devraient savoir rester à leur place dans l'écosystème de l'industrie. Cinq interviews et une douzaine de sources plus tard, cela se transforme en un article complet venant de "l'autre côté". De ces mêmes personnes qui sont "inclues par obligation" pour reprendre les termes de ce fameux commentaire.

Vous voyez, le problème lorsque l'on vit dans une bulle, ou que l'on est privilégié, c'est que vous n'êtes généralement pas au courant que vous vivez dans une bulle ou que vous êtes privilégié. Vous ne voyez pas le problème, ni que quelque chose ne va pas. Et pourquoi le ferez-vous ? Tout tourne autour de vous et tout le divertissement avec lequel vous êtes en contact ne fait que renforcer ce statut. La seule chose qu'il reste à faire pour ceux exclus de cette bulle serait de souhaiter y être inclut ou bien, encore mieux, de briser la barrière pour se débarrasser une bonne fois pour toutes de celle-ci. La bulle la plus importante du monde du gaming, ou même de la pop culture en général, est celle de l'homme blanc hétérosexuel.

Avant que vous ne vous sentiez attaqué personnellement, mettons les choses au clair : 1. Il n'y a rien de mal à être un homme blanc hétérosexuel - on ne choisit pas qui on est. 2. Il est possible de faire partie d'un groupe privilégié et de devoir gérer des problèmes ou de se retrouver dans des situations compliquées. 3. Personne ne veut écarter l'homme blanc de l'art, l'oppresser ou le museler. Nous ne voulons pas de ça.

Certaines choses ne devraient pas avoir besoin d'être dites mais finissent par l'être. Il suffit de voir les réactions lorsqu'Ellie a embrassé une fille dans la bande annonce de l'E3 de TLoU II, lorsque des femmes apparaissent dans le trailer de Battlefield V ou quand l'industrie tente de faire quelque chose réservé aux minorités. Il nous semble évident qu'encore d'autres choses ne devraient pas avoir besoin d'être dites mais doivent l'être quand même.

Nous évoquons ici la diversité et la représentation au sein des médias et plus particulièrement dans les jeux et la raison pour laquelle c'est si important. Donc, homme blanc hétérosexuel, calmez-vous et respirez. Cet article n'est pas à propos de vous, mais il est pour vous.

Alors, comment expliquer la représentation égalitaire dans les médias à quelqu'un qui a toujours été représenté ? À un groupe de personne qui n'a jamais été en infériorité ni exclut de quelque chose ? A une personne qui s'est toujours vu, elle-même ou une version d'elle-même dans les films, série TV et jeux ?

Alors, imaginez ce scénario : vous grandissez comme un geek blanc et tout ce dont vous êtes fan - films, séries, jeux - c'est du Black Panther.

Tout ce que vous regardez et ce à quoi vous prenez part vous bombarde d'un message simple : vous n'êtes pas assez bien pour être le héros ou un personnage principal. Vous n'êtes qu'un méchant de seconde zone ou le rigolo du groupe. Un pion, une grande-gueule ou un génie, celui qui meurt en premier dans les films d'horreurs, celui qui agresse le héros dans une allée sombre.

Imaginez que vous grandissez en tant qu'hétérosexuel en dehors de la bulle LGBT qui représente 90% de la population mondiale. Le monde vous déteste. Et même lorsque vous allez vous réfugiez dans l'échappatoire que sont les films, les livres et les jeux, vous découvrez que votre sexualité est un retournement de situation, la punchline d'une blague, que vous êtes une caricature et les seules rôles qui vous conviennent sont ceux d'un ami excentrique ou d'une victime de haine. Votre sexualité n'est jamais un choix , toujours une option. Ensuite imaginez, qu'un jeu Triple A présente une héroïne hétérosexuelle et que la bande annonce la montre en train d'embrasser un homme. Ce qui entraînera des remarques comme "c'est démagogique" ou "Ok pour que les gens soient hétéro mais est-ce qu'on a besoin de se le faire rabâcher comme ça tout le temps ?"

Imaginez que vous êtes un homme, bien que vous représentiez 50% de la population, et presque 50% de ceux qui jouent aux jeux vidéo, la majorité des jeux ( et des films et séries) mettent en scène des personnages féminins. La communication et le marketing visent les femmes car ce sont celles qui jouent aux vraies jeux. Les hommes ne jouent qu'à Candy Crush, Farmville et aux Sims, ils ne sont pas de vrais gamers. Vos héros et modèles sont Britt Blazkowicz, Natasha Drake, Marcine Fenix, la Doom Gal et Duchess Nukem, les quelques hommes qui apparaissent ne sont là que pour vous faire plaisir, pour être sauvés et pour donner une raison à toutes ces explosions. Vous êtes un assistant, un secrétaire, un objet, un copain, une raison pour l'action des femmes mais jamais le héros ou un personnage principal. Les développeurs disent qu'ils ne peuvent vous inclure dans les jeux parce que vous êtes trop compliqués à animer. Et si jamais quelqu'un a le courage de mettre un homme aux commandes, qu'il se prépare à essuyer une tornade de "je boycotte ça, je peux pas m'identifier à un homme." ou "ça ne respecte pas l'Histoire." et ainsi de suite. Sans oublier que cet homme aura sûrement droit à une tenue ridicule et exécutera des positions qui sont physiquement irréalisables est très élevée.

Bienvenue dans les terres désolées de la pop culture des minorités de ces 40 dernières années. Il est très tentant de lancer une révolution et de renverser nos oppresseurs mais ce n'est pas ce que nous voulons. Tout ce que nous voulons, c'est un petit peu de diversité. Nous voulons juste être inclus d'une manière qui reflète la diversité du monde réel et, vous savez, être traités avec un semblant de respect...comme si on était des êtres humains ordinaires et normaux.

Bon, tout n'est pas si sombre et certains aspects s'améliorent nettement. D'après une enquête réalisée par Teresa Lynch, ayant un doctorat en communication de masse de l'Indiana University, sur les 571 personnages féminins qu'elle a étudié de 1989 à 2014, l'hyper-sexualisation des femmes dans les jeux vidéo à commencer à décliner à partir de 1995. Nous avons aussi la probabilité de choisir entre plusieurs personnages féminins. Vous imaginez ? Le choix ! Un concept presque inconnu pour les minorités (merci aux RPGs et à Overwatch !). Il s'agit encore d'un concept étranger pour beaucoup de personnes mais pas pour nous. Pourquoi ? Parce que nous sommes blanchess et hétéros. Super privilégié ! Seulement, nous sommes des femmes.

"J'ai presque pleuré après avoir terminé Gone Home. J'ai sangloté parce que le rythme de la narration m'a poussé aux larmes, parce que pour la première fois, ma féminité m'a été renvoyée via le monde abouti d'un jeu complet." - Samantha Allen, dans Closing the gap between queer and mainstream games.

Notre choix est très large concernant les jeux (même si nous sommes encore rarement représentées dans des franchises établies) - nous avons eu une vraie bouffée de fierté en voyant Le Réveil de la Force, Rogue One et Wonder Woman. Et soyez sûr que nous avons hurlé à plein poumon lorsque Kait a été annoncé comme le personnage principal de Gears 5 ! Notre cahier de doléances est à moitié satisfait (ou à moitié insatisfait selon comment vous voyez les choses). Mais si vous commencez à croiser les cercles, les choses empirent. Si vous êtes blanche et lesbiennes, les choix sont réduits de moitié. Blanc et gay ? Encore moins de choix. Pas blanc ? Plus qu'un quart. Trans et homo ? Il doit peut être rester quelques miettes par-ci par-là. Oh, vous êtes handicapé physiquement ? Amusez-vous bien lors de la première demi-heure de Wolfenstein : The New Colossus et dans l'épisode 4 de Life is Strange.

Malgré des avancées significatives dans certains domaines, seulement 8% des jeux montrés lors de l'E3 de cette année contiennent des personnages principaux féminins. 8% ! En 2015, seulement 5% des jeux mettaient en scène un personnage principal afro-américain malgré le fait que 53% des afro-américains jouent aux jeux vidéo d'après le Pew Research Center. La situation est d'autant plus catastrophique pour les joueurs sud américains et asiatiques. (respectivement 1 et 3% en 2014). En 2017, GamesRadar s'est mis en tête de compter le nombre de jeux contenant un personnage gay. La réponse fut 179179 jeux seulement. Sur ces 179, seulement 83 contenaient des personnages jouables. Parmi ces 83, huit étaient définis comme homosexuels, pour le reste, cela constituait une option. Voir une femme dans le trailer d'un jeu de guerre est démagogique ? Définir clairement l'orientation sexuelle de l'héroïne d'un des jeux les plus attendus de 2019 (on y croit) est démagogique ? Absurde.

Alors pourquoi la diversité est-elle si importante ?

Nous avons posé cette question à Kim Johansen Østby, professeur senior aux départements des médias et communication de l'université d'Oslo. Il a écrit sa thèse sur la représentation des genres et des sexualités dans les jeux Bioware.(From Embracing Eternity to Riding the Bull: Representations of Homosexuality and Gender in the Video Game Series Mass Effect and Dragon Age). Nous pensions donc qu'il avait son mot à dire sur le sujet, et nous avions raison !

"Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la diversité dans la représentation est si importante. Premièrement : le monde est varié. La culture occidentale est variée. Si les médias de masse veulent atteindre les masses, ils ne peuvent pas viser le même groupe encore et encore. Cela n'aura aucun effet sur le long terme. Les seuls effets seront la marginalisation et l'exclusion." explique-t-il.

"Les jeux sont des produits socio-culturels, pas seulement de la Fantasy et des modes imaginaires." ajoute-t-il "Les jeux sont souvent basés sur la société, la culture et les idéologies et quand ça n'est pas le cas, leur contenu résonne avec ces derniers. Cela peut être explicite ou implicite, conscient ou inconscient et cela peut aider à confirmer ou à remettre en question des idées. Les jeux ne sont pas justes des réflexions passives de l'état du monde ou de la culture, ce sont des agents actifs pour pousser normes, valeurs et idéologies plus loin. Des représentations diverses dans des jeux peuvent aider à briser des normes restrictives et tracer la voie pour différents types d'expériences."

Une autre de chose est la stagnation. Si les mêmes histoires sont racontées par le même type de personnes, toujours vu via le prisme de la même culture et si la narration stagne, nous nous retrouvons bloqués avec le même ragout année après année. Reboots, remakes, remasters, encore et encore et encore. C'est ce qu'ont décrit Derek Mans, game designer chez DeVry University dans l'Illinois et Marcus Montgomery, un vétéran dans l'industrie depuis 20 ans dans The Video Game Industry's Problem With Racial Diversity:

"Si les gens qui racontent les histoires ne viennent pas tous du même endroit, de la même culture, chacun apportera sa touche, son point de vue afin d'explorer des possibilités qui ne l'ont jamais été."

"Une nuance sera toujours plus exposée si vous êtes d'une région du monde particulière." explique Montgomery "Par exemple, je suis un homme hétérosexuel, je n'ai pas la moindre idée de ce que c'est que d'être une femme lesbienne. Et à priori, aucune recherche ne me permettra de capter cette nuance précise."