Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor
critiques de film

Assassin's Creed - le film : La critique de Gamereactor

Un énième navet dans l'histoire des adaptations cinématographique au cinéma ?

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ

Deux types de gens iront voir le film Assassin's Creed, mais nous prenons le pari que la plupart auront le même sentiment à la fin de la projection, à savoir qu'il s'agit d'une expérience cinématographique tiède loin d'être aussi divertissante que ce qu'elle aurait pu être mais qui réussit tout de même à impressionner par moments.

Ceux qui ne connaissent pas le jeu pourraient le trouver un peu déroutant par moments. Il y a des parties de l'histoire qui seront instantanément compris par ceux qui y ont joué mais pour un nouveau venu certaines pièces du puzzle ne sont pas toujours assez bien expliquées.

D'un autre côté, ceux qui ont joué à un ou plusieurs jeux de la série savent déjà à quoi s'en tenir en termes de scénario, bien que l'interprétation cinématographique de certains éléments - en particulier l'Animus - soit très différente de ce que connaissions jusque-là. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose, mais il convient de mentionner qu'une certaine liberté créative a été accordée aux créateurs du film.

Il y a beaucoup de petits clins d'œil qui parsèment le récit et les fans les apprécieront certainement, tel l'aigle qui survole différents panoramas lorsque le spectateur est transporté entre différentes périodes historiques. En effet, l'action qui se déroule au XVe siècle en Andalousie est souvent une fête pour les yeux et il est évident qu'aucune dépense n'a été épargnée dans la réalisation de cette période chaotique de l'histoire. C'est l'époque de l'Inquisition espagnole et de la chute de Grenade, alors que les chrétiens repoussaient la dernière dynastie islamique hors d'Europe. C'est sur cette toile de fond tumultueuse que l'action se déroule pour l'essentiel et dans les bons moments le film réussit à être à la fois captivant et divertissant.

Assassin's CreedAssassin's Creed

La talentueuse star hollywoodienne Michael Fassbender incarne un certain Callum Lynch dans les sections modernes du film, ainsi que son ancêtre Aguilar de Nerha, un assassin de la protection de la pomme d'Eden (dont les fans savent qu'elle est un artefact qui donne à ceux qui la possèdent le pouvoir de contrôler le libre arbitre). Les Assassins tentent de la dissimuler, tandis que les Templiers - ou Abstergo Industries si vous préférez - cherchent à la retrouver afin d'en prendre le contrôle...de tout le monde.

L'intrigue reste fidèle à la tradition à bien des égards et la juxtaposition entre période historique et moderne est préservée. Abstergo pense que l'ancêtre de Lynch, Aguilar, connaît l'endroit où se trouve la Pomme et ainsi l'organisation le capture et le met dans l'Animus pour qu'il puisse marcher dans les pas de son ancêtre au XVe siècle et, espèrent-ils, les conduire à l'objet tant convoité.

Au final les interactions de Lynch avec l'Animus sont plus intéressantes ici que dans jeu vidéo, mettant en scène un Fassbender hissé en l'air par un énorme bras mécanique et puis interagir dans un grand espace ouvert, imitant les actions d'antan alors que l'entourent des spectateurs attentifs qui regardent l'histoire se répéter. Il s'agit d'un film bien conçu et bien pensé, mais l'équipe de production semble parfois trop s'éloigner du sujet et se perdre en chemin...

Assassin's CreedAssassin's Creed

Ces moments sont rares, mais ils contribuent à l'un des défauts du film : sa lenteur. Il y a trop de temps morts et, que vous connaissiez ou non la saga d'Ubisoft, vous regretterez probablement que certaines scènes n'aient pas été coupées au montage. C'est d'autant plus gênant que d'autres aspects plus importants ne sont pas suffisamment développés notamment les relations entre les personnages à l'ère moderne qui en pâtissent, semblent forcées et finissent par manquer d''authenticité.

Même un casting de premier ordre, incluant Brendan Gleeson, Marion Cotillard, et Jeremy Irons (les deux derniers jouent un père Templier et sa fille) ne parvient pas à pimenter les choses. L'actrice française s'en sort plutôt bien, luttant avec sa conscience alors qu'elle est déchirée entre son ambition personnelle et l'éthique scientifique, mais pour le reste il n'y a pas assez de matière pour que cela apporte quoique ce soit de significatif à l'histoire. De même, la transition que nous percevons chez le protagoniste principal est trop brusque, ses motivations passant d'un extrême à l'autre trop rapidement, ce qui donne le sentiment d'un final trop vite expédié, en contraste avec le reste du film qui semble parfois piétiner.

Tout n'est négatif cependant. Les séquences d'action sont excellentes et la tradition de longue date de la série dans la pratique du Parkour est brillamment retranscrite. Il y a de superbe moment de cinéma avec des plans accrocheurs et des effets spéciaux intelligents s'entremêlant à bon escient. L'intrigue peut être un peu déroutante par moment mais ils sont parvenus à recréer beaucoup de ce qui rend les jeux si particuliers. Cela étant dit, il est difficile de ne pas y voir une occasion manquée. L'attrait d'Assassin's Creed est important, le récit convaincant au point qu' il a engendré l'une des plus grandes franchises dans le monde du jeu vidéo. Cette adaptation cinématographique n'est pas mauvaise et peut s'enorgueillir de relever le niveau par rapport aux précédentes tentatives de porter des jeux vidéo sur grand écran, mais avec toutes les moyens à sa disposition, le réalisateur Justin Kurzel et son équipe aurait pu et aurait dû faire mieux.

C'est un de ces films dont l'appréciation est de plus en plus négative au fur et à mesure que vous l'analysez. Pourtant, en dépit de ses défauts nous avons passé un moment pas si déplaisant. Maintenant que le pas a été franchi et que l'univers du jeu a été posé, nous espérons une suite qui pourrait bâtir sur les fondations solides du premier opus en corrigeant ces défaut pour aboutir à une vraie réussite. Un peu comme le jeu vidéo dont il est issu...

HQ
06 Gamereactor France
6 / 10
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant