Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Bayonetta 2

Bayonetta 1 et 2 (Switch)

La dominatrice est (encore) de retour.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

En 2010 sortait Bayonetta, de Hideki Kamiya, celui qui avait déjà fait Devil May Cry, et nous avions adoré les débuts de la sorcière la plus stylé du jeu vidéo. Bien qu'il ait été très inspiré par Devil May Cry, notamment au niveau de la fluidité de gameplay, le jeu a le mérite d'avoir introduit cette protagoniste incroyable : Bayonetta. Le jeu a été salué par la critique et par les joueurs, une suite était donc logique. Voilà qu'en 2014 sort Bayonetta 2 sur Wii U, suite qui, encore une fois, a été très appréciée. Nous voilà en 2018, les deux jeux sortent sur Switch, alors que le 3ème est actuellement en développement. Les néophytes vont pouvoir découvrir ces aventures alors que les fans, la revisiter.

L'histoire est... particulière dans Bayonetta. C'est une sorte d'étrange interprétation japonisante du catholicisme avec le paradis, l'enfer et le purgatoire. Il y a des armés d'anges, de démons, de sorcières et de chasseurs de démons. Bayonetta elle-même est une sorcière, vielle de 500 ans, qui tire ses pouvoirs de la lune. Elle est née d'une liaison interdite entre un créature angélique et une démoniaque, c'est à peu près tout ce qu'on peut tirer de l'histoire.

L'intrigue est quand à elle très agréable à suivre, il faut dire que la mise en scène y fait pour beaucoup. Le casting farfelu des personnages crée une sensation comique particulière et l'action pendant les cut-scenes sont vraiment époustouflantes. Il est préférable, parfois, d'appuyer sur pause pour éviter la surcharge d'informations. L'histoire continue là où celle du premier s'arrêtait. Bien qu'il y ait des clins d'œil à l'original, vous n'avez pas besoin d'y avoir joué pour apprécier cette suite. Pour faire simple, la sorcière et acolyte de Bayonetta, Jeanne, est perdue en enfer, notre héroïne part pour la sauver.

Bayonetta 2

Au-delà de l'action stellaire et de son univers unique, les gens se souviennent surtout de Bayonetta elle-même. Elle utilise des pistolets attachés à ses chaussures à talons et est l'incarnation de la femelle alpha : Bayonetta contrôle son propre destin et ne craint ni homme, ni bête. Les coups partent dans tous les sens, parfois elle danse autour d'un poteau, la camera fixée à son corps pendant des scènes d'actions intenses peut en rebuter certains mais c'est en partie ce qui fait le charme du titre (puis c'est tellement exagéré que ça ne peut pas être pris au sérieux.

Au niveau de sa structure, Bayonetta 2 n'est pas aussi cohérent que le premier. Il y a avait déjà assez peu de phase de plateforme mais là, elles sont presque totalement absentes, le gameplay consiste souvent à enchaîner les phases de combats. Pourtant on ne s'y ennuie pas, il faut dire que ces phases sont incroyablement variées car tout peut arriver. Il y a une poignée d'armes à choisir, et les différents combos sont très nombreux. En difficulté normale vous pouvez survivre en appuyant simplement sur quelques boutons au bon moment, mais les meilleurs joueurs sauront maitriser les techniques jusqu'à créer de véritables chorégraphies avec les ennemis.

Il n'y a quasiment aucun temps mort, ce qui rend les sessions de jeu plus longues et un peu pénibles. En d'autres termes, puisque le jeu ne veut pas vous octroyer de pause, vous n'aurez pas d'autre choix que d'appuyer sur start pour échapper au chaos effréné. Comparé à Bayonetta premier du nom, le rythme est bien plus soutenu, cela fait jouer vos reflexes plutôt que de prévoir les attaques ennemis et d'agir en conséquence. Certains peuvent préférer les combats plus lents du Bayonetta d'origine, en raison du côté plus stratégique des affrontements, mais d'autres aimeront l'intensité offerte dans ce deuxième épisode.

Bayonetta 2
Bayonetta 2Bayonetta 2Bayonetta 2