Français
Gamereactor
tests
Fear the Wolves

Fear the Wolves

Les fans de Battle royale n'ont que l'embarras du choix, mais un cadre unique permet à Fear the Wolves de se distinguer de la concurrence.

Il est juste de dire que Fear the Wolves a atterri dans le programme Early Access de Steam, dans un état quelque peu désolant. Mais il ne faut pas oublier que c'est aussi le but : aider les développeurs à résoudre les problèmes et à peaufiner leur produit avec l'aide de la communauté. Le Battle Royale post-apocalyptique de Vostok Games était assez agité la dernière fois que nous y avons joué, mais depuis lors, beaucoup a été fait pour améliorer l'expérience des joueurs. Nous sommes heureux de dire que le jeu, qui vient de sortir, présente désormais des améliorations remarquables.

Ce qui est peut-être le plus intéressant de Fear the Wolves, c'est le cadre et la façon dont Vostok l'a utilisé pour améliorer le gameplay. La carte et son environnement restent les plus intéressants que nous avons jamais pu voir dans le genre Battle Royale. Cette dernière a un rôle clé dans le gameplay, de même que les événements aléatoires et les effets météorologiques. En effet, car ici, il n'y a pas que les autres joueurs qui sont à la recherche de sang frais.

Le plus grand danger est dans le titre du jeu : les loups qui parcourent la carte. Il est probable que vous devrez en tuer quelques-uns au cours d'une partie. Si vous pouvez affronter un loup seul, c'est relativement simple, mais une meute d'entre eux peut être une rencontre potentiellement mortelle, notamment parce que le coup de feu qui en résulte télégraphie votre position à quiconque se trouve à proximité. Il y a des loups blancs, les alpha, qui dirigent les plus traditionnelles à la fourrure sombre. Si vous tombez sur l'un d'eux, il est payant de remplir l'animal de balles avant qu'il ne puisse hurler et demander du soutien. Si vous pouvez en tuer un, cependant, assurez-vous de retirer son cœur de sa poitrine, car en ajouter un à votre inventaire dissuadera les autres loups de lancer des attaques à votre encontre.

Lorsque vous rencontrez une meute, il est généralement préférable de prendre ses jambes à son que de rester et de se battre. Une fois sur eux, ils vous suivront jusqu'à ce que vous trouviez un abri (les grands bâtiments sont utiles pour cela). Quand un loup vous frappe, la blessure est représentée à l'écran par une égratignure et, bien sûr, votre barre de santé en prend un coup aussi. Il est donc préférable d'éviter tout conflit avec ces lupins mutés, dans la mesure du possible.

Fear the Wolves

La mécanique de base est semblable aux autres titres du genre : Un champ de bataille, des armes et de l'équipement à ramasser et un seul survivant ou groupe de survivant à la fin. Cela dit, certains aspects sont un peu plus particuliers. Par exemple, vous aurez besoin d'une hache pour accéder à certains bâtiments. Des combinaisons de survie et d'autres pièces d'équipement de survie sont généralement éparpillées aux alentours. De plus, vous ne vous contentez pas de choisir la meilleure armure : vous devez décider si vous souhaitez être plus résistant face aux balles ou si vous devez avoir une meilleure capacité de survie en cas de radiation.

En parlant de balistique. Le jeu de tir dans Fear the Wolves est solide dans ce domaine, mais ce n'est pas l'argument de vente du jeu. Travaillant à deux ou seul, vous affrontez d'autres joueurs en solo ou en binôme lorsque vous vous dirigez vers un hélicoptère qui extrait les gagnants et les emmène en sécurité. Les armes à feu sont personnalisables et offrent une variété décente. Par conséquent, à moins que vous ne soyez malchanceux, vous et votre ami ne devriez pas tarder à trouver une arme efficace, chacun. Ensuite, il vous suffit de tuer toutes les personnes que vous rencontrez sur le chemin de la sortie.

Sauf que ce n'est pas si facile. Comme il s'agit d'un Battle Royale, l'espace de jeu est de plus en plus petit, mais contrairement à la plupart des concurrents : il ne le devient pas davantage à cause d'un rétrécissement du cercle. En effet, ici, de ​​larges portions de la carte deviennent de plus en plus radioactives. Dans des lieux comme ceux-ci, de petits effets de particules obscurcissent votre écran et l'empoisonnement commence. Ce qui différencie le plus Fear the Wolves des autres jeux, c'est que vous cherchez constamment à éviter les radiations qui apparaissent. Ainsi, des sections entières de la carte ne peuvent parfois être abordées que si on porte le bon équipement de protection (et même dans ce cas, vous ne pouvez pas vraiment vous attarder car vous devez surveiller votre réserve d'oxygène).

Fear the WolvesFear the Wolves

L'imprévisibilité de la carte et l'accent mis sur le danger environnemental font de Fear the Wolves un sentiment unique au sein d'un genre qui a parfois du mal à se sentir diversifié. Nous avons vraiment apprécié la réflexion et les efforts supplémentaires qui doivent être consacrés à l'exploration et à la survie en terrain hostile. Une autre chose qui nous a plu, c'est les cartes au trésor trouvées lors de la recherche de fournitures qui conduisent à des cachettes et des réserves d'équipement cachées à la vue de tous. Cela apporte un objectif secondaire (et une bouée de sauvetage potentielle si la situation est mal engagée) sur votre chemin vers l'extraction.

Fear The Wolves a malheureusement certains points faibles. Un nombre de joueurs relativement bas, peut être un problème : l'expérience de jouer contre 10 joueurs n'est tout simplement pas aussi excitante que celle d'affronter 30 adversaires. Par ailleurs, la communication entre les alliés n'est pas simplifiée et il y a aussi très peu de choses pour empêcher le friendly-fire. Une fois, nous sommes tombés au combat, et notre coéquipier a préféré nous achever plutôt que de nous aider.

L'autre souci qui subsiste, c'est l'absence de progression. En dehors de quelques objets cosmétiques que vous pouvez débloquer avec des points gagnés en jouant, il n'y a aucun moyen de suivre vos progrès en général. Cela dit, c'est le genre de fonctionnalité qui pourrait bientôt voir le jour avec une future mise à jour.

Fear the Wolves

De plus, il est vrai que le jeu est beaucoup plus stable que l'an dernier, mais il subsiste encore des bugs et des problèmes techniques. Nous avons été expulsés de plusieurs parties, et avons vécu un bug qui nous empêchait d'ouvrir une porte et de saisir l'arme dans son encadrement. Nous avons fait l'éloge de la carte et il est vrai qu'elle offre une variété et une personnalité que de nombreux autres studios devraient prendre en compte : mais elle comporte également quelques zones fades, sans intérêts.

Cela dit, nous ne voulons pas finir sur une note négative, car nous avons passé beaucoup plus de temps dans Fear the Wolves que nous ne le pensions. Ce n'est pas encore parfait et cela aurait pu demander plus de temps à être perfectionné, mais Vostok a construit un Battle Royale qui ose être un peu différent du genre. Malheureusement, le titre sort à la même période qu'Apex Legends, une expérience plus aboutie et plus attrayante pour beaucoup, ce qui risque de ralentir le développement du bébé de Vostok Games et de Focus Home Interactive. C'est dommage car, malgré les problèmes techniques, le jeu reste une expérience intéressante à vivre.

07 Gamereactor France
7 / 10
+
Environnement intéressant à explorer, la mécanique basée sur les radiations le distingue des autres jeux, les options de personnalisation de l'arme.
-
Instabilité du serveur, bugs et problèmes, les communications entre joueurs pourraient être améliorés.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet

Fear the WolvesScore

Fear the Wolves

TEST. Written by Mike Holmes

Les fans de Battle royale n'ont que l'embarras du choix, mais un cadre unique permet à Fear the Wolves de se distinguer de la concurrence.



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.