Français
Gamereactor
tests
Immortals: Fenyx Rising

Immortals: Fenyx Rising

La surprise d'Ubisoft fend-elle les cieux ou bien se brûle-t-elle les ailes en volant trop près du Soleil

Malgré un impressionnant nombre de licences et de sorties annuelles, Ubisoft réussi à sortir des projets complètement inattendus de temps à autre. C'était le cas en 2014 avec Child of Light ou bien plus tôt, dans les années 2000, avec des nouvelles saga qui sot depuis devenues des valeurs étalons de leur genre respectifs. Et c'est de nouveau le cas en 2020 avec Immortals : Fenyx Rising.

Développé par Ubisoft Québec, Fenyx : Rising est une prolongation de Assassin's Creed : Odyssey, leur dernier titre. Le cadre est le même, à savoir la Grèce Antique, mais s'ancre plus dans la mythologie que dans l'Histoire. Ce monde est celui de l'Iliade et de l'Odyssée, une époque où l'Homme côtoyait cyclopes, hydres et harpies - des créatures que vous affronterez de nombreuses fois.

Immortals: Fenyx Rising

Vous incarnez donc Fenyx, un jeune conteur mais aussi soldat dans l'armée de son frère (le jeu vous laisse choisir d'incarner un homme ou une femme, j'ai personnellement choisi la femme car son doublage me paraissait plus convaincant). Un jour, à cause d'un orage, votre bateau subit de lourds dégâts et Fenyx échoue sur l'Île d'Or, une terre qui regorge autant de richesses que de dangers. Elle apprend rapidement que son frère et le reste de l'équipage ont été transformés en pierre et (l'excellent) prologue vous fera comprendre que tout cela est de la faute du monstre Typhon.

Typhon, qui s'est échappé des profondeurs du Tartare emmenant avec lui d'autres créatures malfaisantes, qui a transformé tout les mortels en pierre, qui a vaincu les Dieux en les privant de leur essence et donc de leurs pouvoirs et qui a asservi les héros de cette époque. C'est donc à vous de venir en aide aux Dieux et aux hommes en renvoyant Typhon dans les abysses d'où il est sorti.

Le scénario reste intéressant grâce à quelques retournements de situation bien vus et aux situations dans lesquelles les Dieux sont mises : Aphrodite, déesse de l'amour transformée en simple arbre ou Arès, dieu de la guerre devenu un coq peureux. Ces passages sont amusants mais la totalité de l'histoire reste basique. Elle est sauvée par de nombreux moments comiques très bien écrits. L'aventure entière est narrée par Zeus et Prométhée qui se permettent des petits commentaires piquants çà et là, spécialement le très égocentrique chef de l'Olympe. Le ton est bien loin des tragédies grecques comme c'est le cas de God of War par exemple, mais se rapproche plus d'une satire, parfois plutôt risquée même ! Les adultes souriront probablement plus d'une fois en réalisant les double sens alors que les enfants seront plus réceptifs au caractère coloré des personnages. Les histoires racontées par les jeux fonctionnement rarement aussi bien sur deux niveaux et nous nous devons de tirer notre chapeau aux écrivains même si l'humour frôle la lourdeur sur la fin.

Immortals: Fenyx Rising

Pour vous remercier de votre aide, les Dieux et les Héros vous récompensent avec des outils, vous les récupérerez tous dans la première heure du jeu. Les ailes de Prométhée vous permettent de faire un double saut et de planer, l'épée d'Achille et la hache d'Atlanta sont vos deux armes et l'arc d'Odysseus vous donne une option de combat à distance. Les affrontements sont fluides avec de jolis effets visuels. Mon élément favori étant probablement les coups de grâce qui envoient les monstres valser jusqu'à l'horizon. Mais malgré la diversité d'environnement que Fenyx Rising propose, les ennemis eux, restent majoritairement les mêmes. Ils changent certes de couleur et de taille, mais leurs mouvements et attaques ne changent pas, ce qui devient un peu répétitif.

Le second élément de gameplay le plus important après les combats est la résolution d'énigmes. Et là, la variété est au rendez-vous. Que ce soit dans le monde normal ou bien dans les Caveaux (dont la structure se rapproche des donjons de Zelda), vous trouverez des puzzles partout. Les développeur ont réussi à créer des énigmes intéressantes avec quelques éléments : envoyer des balles, marcher sur des plaques, tirer des flèches sur des interrupteurs...le jeu réussi à surprendre en combinant intelligemment tout ces composants pourtant bien connus. De plus, ces phases ne brisent jamais le rythme du jeu : elles vous forceront toujours à bouger ou sauter pour les résoudre. Les donjons les plus longs vous prendront parfois une heure entière, mais rien ne vous empêche d'en sortir si l'air libre vous manque.

Des combats dignes des 12 travaux d'Hercule, des énigmes sur lesquelles même Aristote buterait, que reste-t-il à Fenyx ? Probablement un mode de déplacement qui rendrait Icare envieux. Le monde de Fenyx Rising est un plaisir à arpenter même si il faudra surveiller son endurance pour éviter de s'écraser et de mourir bêtement, ou bien vous aurez la possibilité de planer paisiblement jusqu'au sol. En effet, à la façon de The Legend of Zelda : Breath of the Wild, vous consommerez de l'endurance en escaladant, en courant et en lançant des coups spéciaux, un système dont les possibilités s'étendent lorsque vous gagnez en endurance.

Immortals: Fenyx Rising

Et l'exploration est chaudement recommandée car le jeu est très beau. Des vieux temples recouverts de végétation, des monstres à la fois effrayants et mignons...la direction artistique impressionne. Cependant, certaines textures perdent de leur superbe lorsqu'on les regarde de trop près mais sachant que le jeu sort également sur Switch, nous fermerons les yeux là-dessus. Le doublage est également excellent.

Le jeu est le plus agréable à regarder de loin. Lorsque vous atteignez le sommet de l'île, vous pouvez l'observer dans son intégralité pour repérer des lieux en ajoutant des points sur votre carte. Et si cette feature a pour but de renforcer l'immersion, l'objectif est un peu manqué. La carte est déjà remplie d'icônes, et si les défis sont, pour la plupart, relativement amusants et courts, on a parfois l'impression de jouer à MMO.

Immortals: Fenyx Rising

Et oui, Fenyx Rising reste un jeu Ubisoft et sa structure ne fonctionne pas tout le temps. Tout ce que vous faites vous récompense qu'il s'agisse d'une pièce d'équipement ou d'une des nombreuses monnaies du jeu (j'ai compté sept rubis, joyau ou pièces à utiliser !) qui servent à améliorer vos points de vie, vos potions, vos armes, etc. Le jeu se transforme en grind permanent mais le souci principal est la façon dont vous débloquez des compétences. Dans un RPG normal, on se spécialise en prenant une direction précise et dans un jeu d'action-aventure comme celui-ci, la diversité est encore une fois la clé mais la façon dont la progression est pensée vous oriente toujours dans la même direction, sans parler du fait que les compétences de combat et les combos sont finalement assez peu nombreux.

Au début de mon aventure, je combinais esquives, parades, coups d'épée, coups de hache et flèches pour venir à bout de mes ennemis mais plus je progressais dans le jeu, plus mon épée devenait la seule option viable. La parade était également devenue obsolète car les améliorations de l'esquive étaient trop fortes pour être ignorées. De plus, le menu d'amélioration ressemble beaucoup à un jeu mobile.

Une dernière chose à savoir est que Immortals : Fenyx Rising est très fluide. J'ai joué sur Xbox One X et en plus des temps de chargements relativement courts (qui le seront encore plus sur next-gen), je n'ai rencontré aucun bug majeur pendant ma partie qui a tout de même duré 25 heures. A quelques soucis graphiques comme des textures ne chargeant pas instantanément, on peut croire que les Dieux étaient du côté de l'équipe de programmeurs d'Ubisoft.

Immortals: Fenyx Rising

Sans être parfait, Immortals : Fenyx Rising est un bon jeu. Un titre rare que toute la famille appréciera. Les enfants riront aux blagues simples et aimeront le combat et les parents seront plus réceptifs aux clin d'œils malins aux vraies histoires de la mythologie et aux énigmes. Et pour avoir atteint cet équilibre, le jeu mérite tout les honneurs.

En revanche, si vous êtes plus du côté vétéran du spectre, vous trouverez probablement quelques défauts au titre. La progression n'est pas très au point mais si la mythologie vous intéresse un tant soit peu et que vous n'êtes pas encore lassé de la formule Ubisoft, vous devrez en avoir pour votre argent. Il ne faudra juste pas s'attendre à quelque innovation que ce soit.

08 Gamereactor France
8 / 10
+
La narration, les mécaniques de combat, les excellentes énigmes, un monde impressionnant et beau, aucun bug à noter
-
Pas vraiment de diversité dans les ennemis, le système de progression vous cantonne à un seul style de jeu
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant


Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.