Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
articlesler

L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?

Le leader du marché désertera le salon californien en juin prochain.

"Industry Momentum Will Drive E3 2019 to New Heights" (que l'on peut traduire par "Le Dynamisme de l'Industrie Conduira l'E3 2019 vers de Nouveaux Sommets") est le gros titre du premier communiqué de l'organisateur ESA pour le prochain E3. Un communiqué dans lequel on peut lire des noms tels que Nintendo, Microsoft et Epic Games (Fortnite) comme acteurs du show futur.

On pourrait s'attendre à un spectacle de haut niveau cette année encore... mais rien n'est moins sûr, car la véritable vedette de cette édition est surtout celui qui en sera absent : Sony. Pas d'évènement sur le salon de l'E3 ou à l'extérieur, une première depuis les débuts de la firme dans le jeu vidéo.

L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?

L'E3 est extrêmement tributaire des constructeurs/éditeurs y participant, et en tant que dominant du marché, l'absence de Sony ne peut pas passer inaperçue. Est-ce que Sony n'a plus besoin du salon californien ? Est-ce que l'E3 peut se passer de la présence de Sony pour rester crédible ?

On pourrait penser que Sony est simplement à la recherche d'un nouveau moyen de communication. Mais en réalité, c'est peut-être davantage le résultat de leur position dans le cycle des générations et de leurs jeux à venir. Nous ne pouvons que spéculer sur la (ou les) véritable(s) motivation(s), mais Death Stranding, The Last of Us: Part II et Ghost of Tsushima étant une nouvelle fois les seules productions majeures, aucun d'entre eux ne pourrait être joué à Los Angeles. Ils pourraient au mieux être présentés via une démonstration vidéo et, étant données les réactions lors de la conférence de Sony de 2018, il aurait difficile de réexposer ces titres encore une fois dans un même format...

L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?

Selon toute vraisemblance, ces jeux représentent les derniers titres majeurs produits en interne sur PS4, car tous les signes laissent présager le lancement d'une nouvelle console en 2020. Sony sait qu'il doit se rendre à l'E3 avec quelque chose de conséquent et de neuf. Et si ce n'est pas pour dévoiler la PlayStation 5, il est peut-être préférable de rester éloigné de l'évènement et de communiquer dans un style proche des Nintendo Direct ou Inside Xbox...

Bien évidemment, l'ESA ne montre aucun signe d'inquiétude après la désertion du géant nippon. L'E3 est un business immense en pleine mutation, passant d'un évènement industrielle de trois jours à une célébration d'une semaine du jeu vidéo, ouvert au public qui plus est. Mais il ne faut pas s'y tromper, la perte de Sony est un coup dur, d'autant plus que d'autres éditeurs ne seront pas présents. Entre ceux ayant déjà quitté le sol de l'E3 pour tenir leur propre évènement et ceux qui ne seront certainement pas de la partie car ils n'ont rien à révéler cette année, ça en fera un bon paquet...

Evidemment, la période de l'E3 ne sera pas snobée par tous les acteurs de l'industrie. On peut s'attendre à des conférences de la part de Microsoft, EA, Ubisoft et Bethesda, tandis que Nintendo diffusera un Direct spécialement pensé pour l'occasion, et que Square Enix pourrait bien avoir quelques nouveautés à dévoiler. Sans parler du PC Gaming Show, qui sera peut-être cette fois-ci plus intégré au planning. Mais encore une fois, perdre la conférence qui attire le plus l'attention reste douloureux...

L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?

En conséquence, il est tout à fait possible qu'il y ait une réorganisation des autres conférences de presse. Un créneau de choix (le lundi soir) se libère et il sera intéressant de voir si quelqu'un saisira l'occasion de reprendre ce spot auparavant réservé à Sony. Nous parions que cet horaire sera proposé à Nintendo dont le créneau horaire pour leur Direct du mardi matin n'est pas idéal pour les habitants de Los Angeles.

Le problème subsistant pour l'ESA est comment faire pour que leurs visiteurs, qui auront donc payé leur place, ne se sentent pas lésés. Au niveau des stands, nous ne voyons que Microsoft comme remplaçant convenable, ce qui pourrait bien satisfaire le constructeur américain. Mais si Microsoft ne se montre pas preneur, remplir ce trou béant tout en justifiant un billet d'entrée à 250 $ constituera un sacré challenge pour l'ESA !

Est-ce la fin de l'E3 tel que nous l'avons connu ? Cette question est presque devenue une sempiternelle du salon. Là où cela devient particulièrement périlleux pour l'ESA, c'est que le salon n'est plus un évènement d'un petit marché. Il a besoin de procurer quelque chose digne du désormais plus grand (et plus fructueux) divertissement mondial, ce qui peut être étrange et difficile sans l'acteur principal du marché...

L'absence de Sony en 2019 synonyme du déclin de l'E3 ?

Mais nous ne parlons pas ici d'un départ définitif comme d'autres l'on fait avant. Sony sera certainement de retour en 2020 pour présenter sa nouvelle console, mais cette émancipation pourrait donner des idées à d'autres comme Sega, par exemple, dont la participation avait été très timide en 2018. Si on fait le bilan, avec la présence peu probable de THQ Nordic, Deep Silver, Blizzard, Rockstar et donc désormais Sony, une large portion des jeux attendus ne seront pas exposés à l'E3 2019. C'est donc peut-être réellement la fin de l'E3 que nous avons connu jusque-là...



Chargez le contenu suivant