Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
tests
Left Alive

Left Alive

Square Enix peut-il canaliser l'esprit de Metal Gear Solid dans un nouveau jeu furtif ? Apparemment, non.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonce

La dernière production de Square Enix avait potentiellement tout pour elle : une équipe de crack comprenant Yoji Shinkawa (le directeur artistique de Kojima Productions) un récit en trois volets avec un environnement intéressant et beaucoup d'idées novatrices. Bref, un jeu de tir et de survie à la troisième personne, mettant l'accent sur la furtivité dans un monde rempli de mechs : les comparaisons avec la licence Metal Gear de Kojima étaient inévitables.

Malheureusement, le studio n'a pas tout à fait réussi son tour de force. Alors, qu'est-ce qui a mal tourné ? Il y avait beaucoup de bonnes idées à la base, comme mettre l'accent sur la construction de vos propres EEI (Engin Explosif Improvisé) et pièges pour éliminer les soldats de l'opposition. De plus, il y avait aussi au programme des missions facultatives ainsi qu'une carte montrant les zones de danger... et une histoire fascinante.

Cependant, ces aspects prometteurs ont tous été sapés par des mécanismes médiocres et un système de contrôle lent, dont une intelligence artificielle incohérente et des graphismes qui semblaient parfois plutôt... décevant.

Mais, commençons d'abords avec les points positifs de ce jeu. Vous prenez le contrôle de trois personnages dans un pays déchiré par la guerre appelée Novo Slavia, en 2127, dans une région du monde qui ressemble assez à la Russie. Un génocide est commis par les forces d'occupation et nos trois héros ont été laissés en vie ("Left Alive").

Left Alive

Tout d'abord, vous prenez le contrôle de Mikhail, un pilote-recrue de Wanzer (les Wanzers sont les mechs), puis d'un officier de police appelé Olga, ainsi que de Leonid, un innocent accusé à tort. Le cadre est sombre et l'intro vous prépare vraiment à un bon jeu. Il y a de la neige sur le sol, des cadavres sont éparpillés partout et l'intrigue est à son comble.

Hélas, dès le départ, vous êtes confrontés à un système de contrôle complexe. De plus, le système de tir souffre des mêmes inégalités, ce qui signifie qu'il est très difficile de viser. Ce n'était tout simplement pas assez intuitif, et même après quelques heures, nous jetions encore des canettes par inadvertance au lieu de sortir notre arme.

Nous avons commencé par la difficulté moyenne, ce qui s'est avéré incroyablement difficile. Vous mourrez très (trop ?) facilement. Nous nous sommes vite retrouvés à recommencer avec une difficulté facile : mais même après ça, nous avons transpiré à de nombreux moments.

Nous aimons les défis, mais ces pics de difficulté ont sapé notre plaisir. Les soldats ennemis vous abattent en un instant et, en plus, ils semblent immunisés contre les tirs à la tête. Vos balles ayant peu d'effet, vous vous retrouvez souvent à balancer vos bombes artisanales en espérant que cela suffise.

Left AliveLeft Alive
Left AliveLeft Alive