Gamereactor internationale Français / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands
Gamereactor
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
previews
The Evil Within 2

Aperçu de The Evil Within 2

Sebastian Castellanos est de retour dans de nouvelles aventures que nous avons pu tester à la Gamescom.

La dernière fois que nous avions vu l'inspecteur Sebastian Castellanos, il venait tout juste de s'extirper d'un monde cauchemardesque créé par Ruvik. Une fois de retour sous le soleil de Krimson City, rien ne laissait entendre une nouvelle plongée dans le royaume du STEM et de ses créatures abominables. Et pourtant...

The Evil Within 2 prend place directement à la suite des évènements du premier opus. Le héros est informé que sa fille Lily, qu'il croyait décédée dans un incendie, est en vie dans le STEM. Il pourrait la sauver de ce monde horrible en y retournant, une offre qu'il ne peut refuser.

The Evil Within 2

La démo que nous avons eu le plaisir de tester débute de manière pour le moins intense. Après nous avoir laissé nous familiariser avec les contrôles et les mécaniques de jeu, similaires au premier opus quoique plus fluides et réactifs, nous avons rencontré notre premier Boss. La bête gigantesque ne nous a pas laissé d'autre choix que de prendre la fuite à travers des couloirs et autres conduits étroits. Avant notre exploration de la zone suivante, il nous est présenté le mystérieux photographe Stefano Valentino, avant d'être téléporté vers l'aire principale du jeu : la cité d'Union.

Dès les premiers instants, il est évidant que Tango Gameworks a prêté d'avantage de soin au monde du jeu et à son design. Tandis que The Evil Within était plutôt linéaire, sa suite dévoile une cité d'Union semi-ouverte remplie de bâtiments et de rues grouillantes à explorer. Cette ville, bien qu'à l'aspect engageant, est peuplée d'habitants morts ou zombifiés prêts à vous mettre à se jeter sur vous. Toutes les âmes d'Union ne sont néanmoins pas obligatoirement hostiles. Durant notre courte expérience en effet, nous avons pu croiser un homme assez généreux pour nous abriter et nous donner une radio Mobius depuis laquelle nous avons pu entendre la voix de Lily pour la première fois. Le signal nous servira pour retrouver notre fille, mais servira également à collecter les enregistrements d'autres personnes (mortes ou vivantes) ainsi qu'à localiser diverses armes et items. Le crafting du précédent numéro est quant à lui toujours de la partie

The Evil Within 2

Une fois à l'abri dans la maison du sympathique bienfaiteur, nous avons pu y améliorer nos armes et créer divers objets. Il est possible de faire cela lors des déplacements, mais cela nécessite davantage de ressources. D'autres éléments disponibles chez notre hôte nous ont été utiles, comme une cafetière pour régénérer la condition de notre inspecteur par exemple, ou encore (et surtout) un étrange miroir. Celui du premier opus est de retour ainsi que son étrange infirmière pour améliorer notamment vos capacités...

The Evil Within 2 ressemble, se ressent et se joue comme une version améliorée du précédent opus. Il s'agit d'une véritable suite dans sa forme la plus pure. Le monde semi-ouvert est très plaisant et s'accorde parfaitement à l'expérience. Il y a désormais différents ennemis et une plus large variété d'environnements. Le cadre vaste est un bonus supplémentaire offrant une exploration plus agréable et grandement facilitée par notre radio. Le jeu est très beau, à l'exception de quelques animations faciales étranges. Mais il ne s'agit que d'un défaut mineur...

Il est évident que des sujets entamés dans le premier opus seront plus approfondis dans cette suite, et nous sommes impatient d'en découvrir plus concernant les personnages et les organisations lors de la sortie de ce The Evil Within 2, programmée pour rappel le 13 octobre prochain.