Gamereactor follow Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
previews
Dying Light: Bad Blood

Dying Light: Bad Blood

Un nouveau combattant entre dans l'arène des battle royale, mais celui-ci va à toute allure.

Facebook
TwitterRedditGoogle-Plus

Il faut reconnaître que Techland a su chouchouter les fans de Dying Light au fil des ans, le soutien post lancement du studio a été pour le moins louable. Le développeur a constamment cherché à alimenter sa communauté avec de nouvelles choses à faire tout en continuant à travailler sur une suite. Bad Blood fait partie des nombreux contenus proposés après le lancement, un ajout autonome à la franchise qui reprend le thème, les mécanismes et les atouts du jeu de base et transforme le tout en une expérience hybride de bataille royale.

Dans Bad Blood, les joueurs affrontent un total beaucoup plus modeste de 12 joueurs, au lieu de la centaine habituelle que l'on trouve dans les autres jeux du genre. Après un court moment dans l'un des lobbys les plus brutaux que nous ayons jamais fréquentées, la douzaine de joueurs est jetée dans l'environnement urbain caractéristique du jeu. C'est le moment de la chasse à l'arme et de l'exploration que vous connaissez trop bien désormais. L'accent traditionnel du jeu basé autour du combat en mêlée est maintenu dans Bad Blood. Que vous preniez une hache, une machette, une faux ou un énorme marteau, il vous faudra donc frapper dans le tas en tranchant joueurs et hordes de zombie sur votre chemin.

Contrairement aux autres BR, le but ici est de trouver des ruches composées de saletés infectieuses de zombies. Chacune est encerclée d'un petit groupe de morts-vivants, leur nombre et leur force sont directement liés à la qualité des échantillons. Les joueurs doivent ensuite s'approcher de ces groupes, éloigner les morts-vivants sur leurs gardes, puis prendre un échantillon de sang avant de s'éclipser. L'attention se porte ensuite sur la ruche suivante pour obtenir assez de sang. Lorsque vous (ou quelqu'un d'autre) en avez assez, on vous envoie un hélicoptère pour vous récupérer, vous et votre kit scientifique zombie. Bien sûr, les choses sont beaucoup plus délicates puisque les autres joueurs qui peuvent vous éliminer pour piller votre corps de tout ce que vous avez pu récolter jusqu'ici. Croyez-nous sur parole : ils le feront.

Dying Light: Bad BloodDying Light: Bad Blood

C'est au cours de ces rencontres entre joueurs que le jeu s'appuie le plus sur le système de mêlée. Le système de combat est un peu délicat et si vous êtes nouveau dans le jeu et que vous êtes confronté à quelqu'un qui s'y connaît, vous êtes assuré de sortir du combat salement amoché. En termes simples, Bad Blood s'adresse particulièrement aux fans existants. Si vous êtes nouveau dans le jeu, vous pourriez avoir des difficultés en raison du grand nombre de choses que vous devez assimiler pendant un combat contre un autre joueur. Ajoutez un paquet de zombies et peut-être même un chronomètre et vous obtenez la bonne recette pour une partie sous pression.

Et c'est à cette intersection de la peur que Bad Blood s'arrête, entre les attaques rapides des morts-vivants et les coups plus habiles de vos compagnons de jeu humains. Vous devez constamment peser le pour et le contre, décider comment attaquer un groupe de morts-vivants et les déloger de leur position défensive. Peut-être est-il préférable de laisser un autre joueur faire le gros du travail avant de vous glisser et de profiter de son dur labeur ? L'ampleur du défi donne au jeu de Techland une texture très différente lorsqu'on le compare aux titres qu'il prétend concurrencer.

Dying Light: Bad Blood

Vous pouvez remplir jusqu'à quatre emplacements d'armes, et il y en a quatre autres pour votre équipement. Nous étions toujours prêt à lancer des haches et des grenades, le genre d'objet qui pourrait mettre un peu de distance entre vous et vos ennemis. Il y a quelques armes à distance, mais elles sont peu nombreuses. C'est pourquoi l'accent est mis sur le parkour et le système de combat en mêlée plutôt que de s'emparer d'un tas d'armes à feu. Les matches de Bad Blood ne durent pas particulièrement longtemps, mais les deux premières minutes servent tout de même à ce que les joueurs se mettent dans le bain. Vous ne vous renforcez pas seulement en ramassant et en fabriquant des armes améliorées, vous pouvez aussi leur accorder divers bonus élémentaires pour donner un peu plus de mordant à vos attaques.

Il faut féliciter Techland d'avoir pris un chemin différent avec le concept de la bataille royale, en y intégrant des mécanismes vraiment distincts pour se démarquer de la foule grandissante de concurrents. Comme dans Hunt: Showdown, nous sommes emmenés dans un cadre unique qui semble plausible et bien que le thème du zombie s'étende sur les deux jeux, son exécution est différente. Comme le titre de Crytek, Dying Light : Bad Blood est en accès anticipé, il y a donc encore beaucoup d'aspérités. Il y a un manque général de polissage, avec des erreurs de localisation ennemies, ainsi que des problèmes techniques plus généraux tels que du clipping ou même, parfois, des crashs. En termes simples, il y a techniquement encore du travail à faire.

La question est donc de savoir si cela vaut la peine d'être repris à ce stade. Le prix de Bad Blood est actuellement d'environ 15€. Si le prix n'a rien de scandaleux, nous pensons quand même qu'il pourrait offrir un peu plus, d'autant plus que le titre propose aussi des microtransactions. Il y a encore beaucoup de détails à corriger et nous aimerions que de nouvelles cartes soient disponibles à l'avenir et pourquoi pas d'autres modes de jeu. Cependant, il reste à savoir dans quelle mesure Techland peut et va rendre cette expérience autonome. L'accent mis sur le parkour à la première personne et la découpe de zombies, jumelé à quelques mécanismes uniques, fait de ce Battle Royale une expérience distincte. Les fondations sont solides et avec un bon déploiement de contenu après le lancement, Bad Blood pourrait s'avérer être très solide. Le fait qu'il arrive à se démarquer dans un océan de clones de PUBG pourrait bien lui faire beaucoup de bien à long terme.

Dying Light: Bad BloodDying Light: Bad BloodDying Light: Bad Blood