Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

LIVE
HQ
logo hd live | Beyond a Steel Sky
See in hd icon
Français
Gamereactor
tests
Tales of Berseria

Tales of Berseria

Un départ sur les chapeaux de roue, et puis (presque) plus rien...

Subscribe to our newsletter here!

* Required field
HQ
HQ
Tales of Berseria

Il arrive parfois que les premières heures d'un jeu s'avèrent plus convaincantes que celles qui suivent. C'est précisément le cas avec la dernière itération de la série des Tales of. Le titre propose un début d'aventure emballant, offrant au passage une perspective "de méchant" unique dans un RPG standard. Malheureusement, il ne parvient pas à conserver son dynamisme et son intérêt très longtemps...

Un peu d'histoire : Velvet est une femme dévastée par un destin profondément tragique. Au cours des premières heures de jeu, elle se transforme d'une villageoise ordinaire en un hybride Vampire-Démon (que l'on voit sur la jaquette du jeu). Loin des personnages classiques de RPG, le protagoniste principal est ici un anti-héros. L'objectif de vengeance amène Velvet dans différentes régions dans lesquelles elle fera toutes sortes de rencontres...

Malheureusement, l'histoire commence rapidement à bégayer après ce début tonitruant. L'évolution du personnage de Velvet tourne en rond. Les éléments majeurs restent très bien illustrés par des clips animés de qualité, mais vous passerez la majeure partie de votre aventure à admirer des cutscenes issues du moteur du jeu. Et il y'aura tout au long de votre progression une avalanche de conversations représentées par les visages statiques des personnages qui durent bien plus qu'elles ne devraient...

L'intrigue principale reposant sur la trahison, de création de nouveaux dieux, et d'une église à l'autorité suprême offre une base intéressante pour nos aventures, et les retournements de situations nous donnent tout de même envie de continuer même après avoir traversé plusieurs régions. Les personnages importants sont dans le style traditionnel des scénarios japonais. Vous avez ainsi l'épéiste de style samouraï, un garçon innocent au visage de chérubin, l'anti-héros cynique etc etc...

Tales of Berseria

Le titre varie entre séquences de tragédie et d'autres de comédie. Si vous êtes coutumier des jeux japonais, cela ne vous choquera pas, mais pour les autres, le changement constant entre ces deux extrêmes pourrait s'avérer parfois déroutant. Comme par exemple la possibilité de changer d'habit pour des costumes plus fantaisistes qui seront donc aussi présents lors des moments dramatiques...

Les nombreux combats contre les monstres fantaisistes qui peuplent ce monde se déroulent en temps réel. Le système de combat permet des affrontements très courts contre des adversaires modestes, tandis que les plus difficiles (contre les boss, par exemple), ceux-ci peuvent vous tenir en haleine pendant un petit moment. Chaque bouton peut se voir assigner à une attaque aux caractéristiques différentes, qui selon l'ordre pressé effectueront des combos différents. Le clavier et la souris peuvent également être utilisés, mais ils apportent une prise en main et un contrôle moins intuitif et moins confortable que celui proposé par la manette. Vous pouvez augmenter les dégâts de vos combos en terminant par des attaques brise-âmes, lesquelles permettent de continuer l'enchaînement après une attaque finale dévastatrice. En plus de cela, le combat s'agrémente de quelques fonctions récurrentes du genre, comme la parade, le contre etc...

Le combat a beau présenter de nombreuses subtilités, il repose essentiellement sur vos stats et pas tant sur l'utilisation intelligente des combos. Et on se retrouve parfois à viser des cibles autres que celles verrouillées. Berseria peut ressembler de ce point de vue la davantage à beat them all par moments, car il manque la finesse et la fluidité habituelles des RPG. Le récent Final Fantasy XV utilise également des combats en temps-réel, mais réussi à proposer une expérience de combat plus naturelle et autrement plus agréable...

Les graphismes apparaissent également dépassés. Le titre semble issu de la précédente génération de consoles, avec quelques floues, un éclairage trop basique, et des zones très pauvres en détails et cruellement vide niveau architecture. Les personnages sont heureusement bien plus étoffés et dotés d'une réelle profondeur. Le point positif des aspects minimalistes de ces décors est que le jeu se lance rapidement et que vous n'aurez pas à regarder la barre de chargement trop longtemps. C'est déjà ça...

Tales of Berseria

Les menus sont remplis de petits inconvénients. Comparer les armes et les capacités par exemple ne s'avère pas une mince affaire, et certaines cases de textes présentent un contenu trop grand qu'il faudra donc faire défiler. Il aurait sans doute mieux fallu optimiser l'espace non utilisé ou alors se monter plus concis dans les propos (un problème qui résulte certainement de la localisation).

En ce qui concerne les environnements, les premières heures se déroulent de façon assez linéaire. Une fois lancé dans le monde ouvert, on découvre malheureusement qu'il est bien vide. Les nombreux donjons sont souvent très fades et labyrinthiques, le terrain ouvert n'est peuplé que de quelques monstres basiques ci et là, leur présence d'ailleurs ne sert qu'à apporter aux joueurs un peu d'expérience et quelques matériaux. Les objets et les coffres sont parsemés à travers la carte de manière similaire, vous passerez donc une bonne partie de vos heures de jeu à courir d'un bout à l'autre afin de les récolter. Cela aurait pu être pour les développeurs l'opportunité d'injecter quelques dialogues, au lieu de les faire apparaître de manière gênante comme c'est le cas ici...

Les premiers points de Tales of Berseria semblaient prometteurs, mais le seizième opus de la série s'essouffle rapidement. L'histoire principale est intriguante, grâce à un point de vue maléfique innovant, et des personnages bien pensés. Tales of Berseria n'est pas un mauvais jeu et il offrira assurément une longue et agréable aventure pour les fans de la saga Tales of et du genre JRPG en général. Mais le prochain numéro devra impérativement se hisser au niveau des graphismes et des mécaniques de l'actuelle génération de consoles pour vraiment pouvoir proposer aux joueurs un titre réellement attrayant et novateur...

HQ
Tales of Berseria
07 Gamereactor France
7 / 10
+
L'histoire principale, le personnage de Velvet et son point de vue, les temps de chargement très courts, les options de customisation amusantes...
-
Des graphismes dépassés, des combats répétitifs, des donjons fades et un level design assez vide...
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant