Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
We Happy Few

We Happy Few

Il suffit d'une pilule pour être heureux.

Facebook
TwitterReddit

We Happy Few à une histoire tumultueuse. De sa première annonce a l'engouement suscité en passant par la recherche d'un éditeur sur Kickstarter... Ce qui devait ressembler à un modeste roguelike s'est transformé en une aventure bien plus consistante, un jeu d'action-aventure plus traditionnel gardant cependant des caractéristiques du projet initial.

Wellington Well est un endroit étrange, rempli d'autant de joie que de danger. Les secrets s'empilent les uns sur les autres et tout les citoyens du village prennent une pilule (logiquement appelée Joy) afin d'oublier leurs problèmes. Tous ceux qui refusent de se plier à ce traitement sont des Downers et doivent s'enfuir au plus vite de la ville.

Au début du jeu vous incarnez Arthur, votre travail est de censurer les articles de journal pour suivre la trame narrative de ceux qui dirigent la ville. Vous vous faites "réveiller" par une histoire concernant votre frère et très vite vous cherchez à vous échapper tout en étant poursuivi par vos collègues. Mais ce n'est que le début des ennuis pour Arthur dans sa quête d'une échappatoire à ce cauchemar dystopique et de son frère.

Arthur est l'un des trois premiers personnages jouables (d'autres seront ajoutés au DLC) dans We Happy Few, les deux autres, Sallie et Ollie, sont des connaissances et offrent des perspectives différentes mais aussi une autre manière de jouer grâce à leurs compétences propres. En parlant de ces compétences, terminer des missions vous octroiera des points que vous pourrez repartir dans votre arbre de compétences. Entre autres, elles vous permettront d'améliorer votre discrétion, votre barre de vie, ou vous donneront certains avantages en combat (plus de chance de saignement par exemple). Il serait juste de dire que l'histoire d'Arthur est la trame principale mais vu comment le scénario est structuré, on découvre mensonges sur mensonges et la mémoire nous revient. Plus vous avancerez, plus vous serez de découvrir non pas seulement votre histoire via la quête principale mais aussi celle d'autres personnages et du monde grâce aux quêtes annexes.

We Happy FewWe Happy Few

A propos du style visuel et de la présentation de We Happy Few : le tout est simplement superbe. L'Angleterre des années 60 donne au jeu un style unique le plaçant au même niveau que des jeux comme Bioshock ou Dishonored, quelque chose d'à la fois positif et négatif puisque We Happy Few n'appartient pas au même registre. L'aspect audio du jeu nous a aussi bluffé, bien que les animations des personnages lors des cinématiques n'atteignent pas le même niveau que celles des AAA cités plus tôt, le doublage reste fort et convaincant tout au long du jeu. De quoi mettre dans l'ambiance aux côtés de la bande son.

Les racines roguelike du jeu se traduisent par un level design n'égalant pas la précision d'un Dishonored, les quêtes sembleront donc un peu terre à terre. Le côté positif est que vous aurez ainsi beaucoup plus à découvrir et explorer et la progression n'en sera pas rendue plus facile. Vous devez explorer, crafter, creuser pour trouver des coffres, trouver de l'eau et de la nourriture, des items de vie, vous inotroduire dans les maisons des gens pour voler des ressources, terminer des missions secondaires - de quoi faire en sorte que vous avez tout ce dont vous avez besoin. Mais le besoin constant de collecter et crafter ne conviendra peut être pas à tous.

We Happy FewWe Happy Few

L'un des exemples de ça fut lorsque nous avons tenté d'atteindre le Clocher de St. George en incarnant Arthur. Pour cela, nous devions aller chercher un uniforme pour traverser le pont (un pont qui sépare les îles). Une fois a l'intérieur, nous avons été confrontés à un jeu de Jacques a dit avec des électrochocs. Nous étant débarrassé de notre costume de chat en gomme (vous ne voulez pas savoir) pour obtenir l'uniforme (nous aurions pu le crafter mais nous manquions de ressources). Le costume de chat en gomme protégeait de l'électricité. Nous avions donc deux choix : en crafter un autre (vous aurez donc besoin d'encore plus de ressources) ou en racheter un pour l'utiliser lors du Jacques a dit. Nous avons opté pour ce dernier et cela a bien prouvé combien il est important de réfléchir sur le long terme dans We Happy Few, normalement, il est normal de se débarrasser d'un item obtenu tôt dans le jeu mais la nature du jeu fait que vous ne savez jamais quand un item pourra se révéler à nouveau utile.

We Happy FewWe Happy Few
We Happy FewWe Happy FewWe Happy Few