Gamereactor / Dansk / Svenska / Norsk / Suomi / English / Deutsch / Italiano / Español / Português / Nederlands / 中國 / Indonesia / Polski
Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
Spider-Man

Spider-Man

Le meilleur Spider-Man jamais proposé sur console ?

Facebook
TwitterReddit

Si vous demandez aux joueurs quel a été leur Spider-Man préféré, ils vous répondraient sans nul doute celui de Neversoft sur PS1, voire Spider-Man 2 sur PS2. En tout cas ce qui est sûr, c'est que peu, pour ne pas dire aucun, ne choisiraient ceux sortis au cours de la dernière décennie, et ce pour une raison bien simple : les dernières productions vidéoludiques de l'homme araignée sont inintéressantes. Mais aujourd'hui, une nouvelle chance est donnée aux aventures du superhéros de Marvel avec la dernière création exclusive à la PS4 tout droit venue des studios d'Insomniac Games.

Ce qui avait tant séduit les joueurs en 2004 avec Spider-Man 2, c'était sa mécanique de déplacement, avec les fils d'araignée impressionnants pour l'époque. Insomniac l'a bien compris et a mis un point d'honneur à délivrer une sensation de liberté et d'agilité dans nos balancements entre les gratte-ciel. Après notre temps passé sur le jeu nous pouvons confirmer que cela est réussi, l'exploration n'a jamais été aussi agréable grâce à une maîtrise naturelle et innée renforçant le pouvoir fantastique du titre. Cela se ressent dès les premières secondes.

Spider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-Man

En plus d'être très accessible, la mécanique parait « réaliste ». Par exemple si votre trajet passe par un endroit moins urbain, comme Central Park, les toiles se connecteront aux arbres pour des balancements plus bas au ras du sol. Ce qui offre une sensation du plus bel effet. Tout cela vous sera appris très rapidement à travers la première mission servant de tutoriel, mais pas seulement. Cette initiation plante aussi les prémices de l'aventure mettant en place les fondations du scénario. Sans trop en révéler, disons juste que le combat de notre héros contre le Caïd lui a peut-être fait oublier la présence d'autres menaces prêtes à exploiter ce manque d'attention.

Nous n'aborderons pas les possibles super-vilains présents dans cet opus pour ne rien vous gâcher, bien que Sony en ait déjà exposé quelques-uns dans les précédents trailers. Mais si vous connaissez un tant soit peu l'histoire de Peter Parker, vous serez à quoi vous attendre. Certes, la recette du super méchant qui arrive pour ravager la ville sauvée par le superhéros du coin peut sembler un peu usagée, mais Insomniac arrive à tirer son épingle du jeu en racontant son histoire à sa propre manière pour se différencier de ce qui a été vu par le passé.

Le studio utilise notamment pour se démarquer de manière intelligente les personnages familiers en les redéfinissant dans cet univers. Comme Peter Parker qui est désormais un scientifique. Cela délivre un vent frais sur la franchise et donne l'impression de ne pas réexploiter de vielles idées.

Spider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-Man

Un autre point qui montre que cette production cherche à se démarquer de celles du passé est la volonté évidente d'éluder l'histoire originelle. A la place nous sommes directement mis dans la peau d'un Spider-Man qui, à l'âge de 23 ans, pratique déjà cette activité depuis des années et est une force reconnue de la ville. Ici, on ne cherche pas à établir une réputation d'un héros naissant ou on n'assiste pas à l'émergence d'antagoniste en devenir.

Cet écart des sentiers battus aurait pu être risqué, mais fort heureusement l'écriture est sujette à un soin particulier. Le récit est bien délivré, parfaitement servi, en plus de l'époustouflante animation faciale, par le jeu de l'acteur Yuri Lowenthal qui a aucun moment ne rend le jeune héros ennuyant ou grincent.

Peter Parker ne sera pas la seule personne qui vous sera demandé d'incarner. Certaines sections du jeu vous placent dans la peau de Mary Jane. Bien que ces moments apportent un nouvel angle à l'histoire et procurent de nouveaux lieux inaccessibles au héros arachnéen, ces zones paraissent surtout inutiles et n'apportent pas grand-chose de significatif.

Spider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-Man

L'élément qui nous a surtout marqué est le niveau de détails de la ville de Manhattan. Certes, nous ne sommes pas dans une copie conforme, Bryant Park est un peu plus petit que dans la réalité par exemple. Mais le souci du détail est vraiment là et la ville nous est magnifiquement bien reproduite, avec ses lieux les plus emblématiques.

Spider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-ManSpider-Man
Spider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-Man
Spider-ManSpider-ManSpider-ManSpider-Man