Gamereactor Close White
Connexion membre






Mot de passe oublié?
Je ne suis pas un membre, mais j´en veux bien

Ou connectez-vous avec un compte Facebook
Gamereactor France
tests
My Memory of Us

My Memory of Us

Un jeu sur l'amitié dans un contexte particulièrement sinistre...

  • Auteur: Piotr Pisiewicz
Facebook
TwitterReddit

Dès notre première rencontre avec My Memory of Us, nous avons été charmés par ses musiques enivrantes et ses énigmes très variées. L'aventure démarre dans les temps modernes pour rapidement vous transporter à l'aube de la Seconde Guerre mondiale. Dans ces temps sinistres, il nous est raconté l'histoire de deux enfants, très proche l'un de l'autre.

Le vieil homme qui narre cette histoire nous conte des récits qui prennent corps au travers de deux personnages sans nom, un garçon et une fille. La vie simple de tous les jours, comme des repas en famille ou des moments de camaraderie, coule paisiblement jusqu'au moment où les sirènes retentissent et que le ciel se couvre d'avions.

À la sortie de l'abri où vous vous étiez refugié après l'alerte, un monde dévasté vous attend. Les immeubles sont effondrés, les rues sont remplies de soldats robots, et on peut lire la tristesse et l'angoisse sur le visage des gens.

Le jeu garde une présentation monochromatique nuançant entre noir, blanc et gris. La seule autre couleur de l'expérience est le rouge. Cette couleur est même la clé de l'aventure en mettant en surbrillance les éléments importants. Elle sert aussi à marquer les citoyens de « type inférieur », une catégorie dont fait partie votre amie. Les « Rouges » sont victimes de moqueries et de discriminations de la part des autres citoyens, mais aussi, et surtout, des soldats.

My Memory of Us

Vous aurez certainement compris que tous ces éléments font indéniablement référence à la Seconde Guerre mondiale et le traitement du peuple juif. A la place des soldats allemands, des robots sont déployés pour faire clairement ressortir la froideur et l'inhumanité de cette période terrible. Mais cela permet aussi de porter la réflexion hors des frontières, car il n'est pas clairement dit d'où viennent ces envahisseurs (même si on peut s'en douter), ni où se passe l'histoire pour que le sujet ne se cantonne pas à un peuple mais à l'humanité entière.

My Memory of UsMy Memory of Us
My Memory of UsMy Memory of Us
My Memory of UsMy Memory of Us