LIVE
Live broadcast
Skip
logo hd live | Anthem - Update 1.1
Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Gamereactor France
tests
The Division 2

The Division 2

Une suite de très bonne facture !

Skip

Ubisoft vous a entendu. Les retours reçu après la sortie de The Division a permis au studio d'améliorer ce qui était déjà un bon jeu. Ceci étant dit, pourquoi ne pas simplement se contenter d'ajouts de contenu et de mises à jours mineures ? Parce que The Division 2 propose plusieurs améliorations majeures qui n'auraient simplement pas été possibles sur le premier jeu, il en résulte l'un des meilleurs looter-shooter disponible à ce jour.

Une déclaration très forte que vous aurez surement un petit peu de mal à croire après la première demi-heure de jeu puisque les personnages et l'histoire sont au mieux ennuyants. Nous avons eu du mal à expliquer clairement pourquoi nous exécutions tels ordres ou même à nous rappeler du nom de certains personnages nous ayant donné ces ordres quelques minutes après une des nombreuses cinématiques dramatiques au possible. Globalement, vous devez sauver Washington D.C., mais l'histoire nous a paru forcée et les personnages tentent de rattraper cela avec une attitude "pas de temps pour les détails" qui fait passer The Expendables pour du Shakespeare. Heureusement, nous nous en moquons puisque le gameplay est le roi dans The Division 2.

Listez les lacunes de The Division dans votre esprit et préparez-vous à en effacer la plupart. Commençons par le monde. Manhattan était déjà très impressionnant grâce à ses grattes-ciel époustouflant et à son sens de l'échelle, mais Washington fait passer les choses à la vitesse supérieure. Chaque recoin de la capitale américaine est rempli de détails intéressant qui donnent à la ville une dimension et réelle et vivante. Et si la sélection interminable de monuments et musées historiques ne vous suffit pas, la végétation envahissante couplée à l'aspect ravagé du monde créent une forme de beauté intrigante qui met votre imagination à l'épreuve pour trouver le pourquoi du comment. Qu'est-il arrivé à la petite fille qui a dessiné sa famille avant de quitter sa maison si brusquement qu'elle en a oublié son doudou ? Pourquoi ce camion s'est-il retrouvé dans ce supermarché ? Il est possible d'obtenir des réponses via des enregistrements ou bien grâce à des images figées appelées Echos, mais certaines sont complètement laissées à votre imagination. "Montrez mais ne dites pas" fonctionne souvent très bien dans ces cas et c'est cela qui rend le monde si réel. Réalisme qui se retrouve aussi dans les combats.

Vous vous souvenez de satanés ennemis apparemment munis de gilets pare-balles dans le premier jeu ? Il ont presque tous disparus dans The Division 2. Vous comme vos ennemis êtes beaucoup plus mortels. Évidemment, les ennemis les plus puissants nécessiteront plusieurs chargeurs avant de tomber. Mais cela est acceptable lorsqu'ils portent ce qui semble être des tenues de déminages intégrales. Afin de les abattre, vous devrez tirer sur les certaines parties afin de révéler des points faibles. De plus, le ressenti des armes est très distincts, vous pouvez d'ailleurs les personnaliser grâce à une large gamme de gadgets modifiables, ce qui donne à chaque combat une dimension épique et réel. Il nous est arrivé plus d'avoir des frissons en abattant in extremis un kamikaze et en voyant l'explosion terrasser ses alliés proches. La grande variété d'ennemis rafraîchit l'expérience et le monde dynamique a encore un ou deux tours dans sa manche pour les joueurs. Il n'est pas exclu que de nouvelles factions émergent ce qui vous forcera à élargir votre rayon d'action mais aussi à vous adapter à de nouvelles tactiques hostiles. Ajoutez à cela le cycle jour/nuit et le système de météo qui met en scène des fusillades sous une pluie battante, une orage, un brouillard épais ou un grand soleil et vous pouvez être certains qu'aucun affrontement ne se ressemblera.

The Division 2The Division 2

Le seul problème étant que le jeu ne repose que sur ces affrontements. Quasiment toutes les tâches ont le même schéma : aller d'un point A à un point B, interagir avec quelque chose et tirer sur des hordes d'ennemis. Mais les choses ne sont pas aussi basiques que dans certains autres jeux du genre. The Division 2 propose également des phases d'énigmes où vous devrez par exemple trouver un moyen d'ouvrir une porte ou d'entrer dans un bâtiment en utilisant l'environnement intelligemment. Le jeu n'est tout de même pas fait pour celles et ceux qui recherchent de grandes variations de gameplay. Mais cela ne fut pas un vrai point négatif pour nous puisque nous avons adoré l'alternance entre le combat et les phases de réflexion.

Et cela reste vrai quarante heures de jeu plus tard. L'une des raisons à cela étant que le jeu évolue en fonction de vos actions. Les jeux Ubisoft sont connus pour emprunter certaines mécaniques l'un à l'autre. The Division 2 a repris et améliorer le système de camp de Far Cry : New Dawn grâce à des récompenses bien plus notables. Éliminer des ennemis dans les nombreux Points de Contrôles dispersés à travers la ville vous permettra de les offrir à vos alliés. Non seulement vous bénéficierez ainsi d'un nouveau point de réapparition et de voyage rapide mais certains PNJ feront aussi dorénavant irruption lorsque vous serez aux prises avec des ennemis dans la zone d'un de ces camps. Leur rendre visite de temps en temps vous permettra d'accumuler les ressources et l'expérience plus rapidement. Une boucle de gameplay pareille est essentielle dans un jeu de ce genre, et The Division 2 ne déçoit pas sur ce point là.

The Division 2The Division 2
The Division 2The Division 2The Division 2