Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
Première page
previews
The Legend of Zelda: Link's Awakening

The Legend of Zelda: Link's Awakening - Notre aperçu de la démo E3

26 ans après sa première sortie sur Gameboy, Link's Awakening ne fait pas son âge.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Volets fermés pour bloquer les rayons de soleil aussi bien que les curieux, c'est dans la Villa Emerige du 16e arrondissement de Paris que Nintendo a fait son show post E3. Link's Awakening est prévu pour le 20 septembre 2019 , et c'est de loin sa démo qui est la plus réussie de l'événement.

The Legend of Zelda et moi

Si vous vouliez l'avis d'un professionnel d'Awakening, c'est raté. Il fait partie des rares jeux Zelda auxquels je n'ai pas joué (avec les deux premiers). Sinon, je les ai tous finis au moins une fois et je considère qu'Ocarina of Time ne sera jamais détrôné (oui oui j'ai vu la cinématique de Breath of the Wild 2). C'est donc armé de curiosité que j'ai attaqué The Legend of Zelda : Awakening.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Petit Link, grande Odyssée

Tel Ulysse après Troie, vous incarnez Link rentrant vers Hyrule. Mais comme le héros d'Homère, vous finissez par faire naufrage. Un naufrage qui vous amène sur une plage inconnue où l'une charmante demoiselle prénommée Marine vous réveille. Rassurez-vous, ce n'est pas une sirène. Elle vous apprend que vous êtes sur l'île de Cocolint. Pour pouvoir rejoindre votre chez vous, il va falloir vous mettre en quête. Ce n'est que grâce à divers instruments de musiques disséminés à travers l'île que vous pourrez réveiller votre gardien afin qu'il vous ramène chez vous. Drôle de refrain pour Hyrule en 2019. Ces divers instruments réveilleront le Poisson-Rêve, somnolant dans un œuf au sommet d'une montagne. Malgré son profond sommeil, les habitants ne sont que des illusions créées par son imagination.

Que l'aventure commence !
Après avoir doucement repris mes esprits, je me mets en quête de mon épée. Bah quoi ? Vous ne faites pas ça au réveil ? Ni une ni deux, je sors de la maison sans remercier ma curatrice. Le brouhaha ambiant m'empêche d'apprécier la musique mais quelque chose me dit qu'elle a quelque chose de bien plus apaisant que certains jeux de la licence sur GameBoy (comme Oracle of Ages ou Oracle of Seasons par exemple). Le contrôle de Link se fait de manière simple, et les déplacements en diagonale ont été intégrés dans cette version Switch. Signature des jeux GameBoy, les changements de plans ont été supprimés et l'île n'est plus qu'une. La carte n'est donc plus divisée en plusieurs morceaux, ce qui dynamise énormément le jeu et facilite l'immersion. La première grotte du jeu me permet de récupérer un bouclier.
Je me fais toucher plusieurs fois par les octorocks parce qu'il n'est pas possible de marcher à reculons avec le bouclier (Link se retourne). Échappant à la mort plusieurs fois sur cette maudite plage, (oui parce que les habitants n'existent pas mais les monstres, eux, sont bien réels) je récupère enfin mon épée.

The Legend of Zelda: Link's Awakening

L'épée retrouvée, je jette un coup d'œil sur la carte. L'interface du menu est super clean, et elle rappelle celle de Breath of The Wild. Un gros cœur permet de voir notre progression concernant les quarts de cœurs que l'on amassera au cours de l'aventure, quatre quarts permettant d'augmenter sa vie. À côté, les cases vides représentent sûrement les objets qu'on l'on récupérera au cours de notre aventure.
Une forêt peu accueillante abrite le premier donjon. Néanmoins, un hibou aux airs forts sympathiques m'aide dans ma recherche

The Legend of Zelda: Link's Awakening

Alors que je me dirige vers le donjon, de nouveaux monstres se dressent sur ma route. Armés cette fois-ci, il faut faire preuve de patience et de sagesse pour les vaincre. Ce dont je manque cruellement, puisque la démo ne dure que 15 minutes. Dans ma précipitation, je manque de timing et me fait transpercer par une lance qui signe ma fin. Une fois le Game Over passé, je réapparais exactement au même endroit de ma mort, mais avec ma santé au maximum.
Une chose "qui ne se produira pas dans les donjons". Peu de temps après cette mort accidentelle (oui oui), la fin de la démo s'affiche, me frustrant car j'aurai pu y jouer encore des heures.

26 ans après, quoi de neuf ?

- Des graphismes retravaillés : non, ça ne va pas plaire à tout le monde. Mais faite la comparaison avec l'épisode GameBoy.
Ça n'a plus rien à voir et c'est tant mieux. Oui, c'est peut-être plus enfantin. Nous n'échappons pas au passage du temps alors que les Zelda, si. Nintendo arrivera toujours à stimuler l'enfant qui est en nous !

The Legend of Zelda: Link's Awakening

- Une carte "différente" : Comme dit précédemment, les changements n'existent plus, ce qui a permis de fluidifier le jeu. Autre conséquence de cette modification, le rapport au jeu des vétérans de Link's Awakening : selon un membre du staff, " même les joueurs ayant fini le jeu plusieurs fois sont désorientés. Ils ne connaissent la map que par morceaux. La voir comme un tout leur fait redécouvrir l'opus"

- Des "trophées à collectionner" : Demandant si les coquillages était un rajout dans le jeu, on m'a précisé qu'ils étaient déjà dans l'opus original. Les joueurs voulant (re)découvrir ce Zelda pourront également collectionner des trophées aux côtés des coquillages.

Ce que l'on veut voir dans le jeu définitif : Beaucoup de choses. Malgré la courte durée de la démo, le joueur avait le luxe pouvoir faire ce qu'il voulait contrairement aux autres bornes du salon. Une fois de plus, la notion de liberté est quasi-totale, la dynamique et la difficulté des combats bien dosées. Bien que la durée de la démo durait 15 minutes, j'ai eu le sentiment d'avoir fait plein de choses et d'avoir joué bien plus longtemps.

Ce que l'on ne veut pas voir dans le jeu définitif : J'ai été un peu déçu par la résurrection à l'exact endroit de ma mort. Les combats stimulent le joueur à faire attention. Restriction qui s'envole puisque si l'on ressuscite au même endroit, ça n'a plus d'importance de privilégier la sécurité.

26 ans se sont donc écoulés entre la première sortie de The Legend of Zelda : Link's Awakening. On pourrait donc croire que 26 ans, c'est l'âge de la maturité. Or l'opus a toute les caractéristiques pour plaire aux enfants : graphismes cartoon, scénario se rapprochant d'un dessin animé et la difficulté facile.
26 ans, c'est aussi l'âge de l'auteur de cet aperçu. Alors si être mature ce n'est pas pouvoir apprécier un Zelda comme celui-ci, je crois bien que je resterai immature toute ma vie.

The Legend of Zelda: Link's Awakening

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant