Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
previews
Total War Saga: Troy

Total War Saga: Troy - Notre aperçu de la Campagne

En amont de sa sortie prévu le mois prochain, nous avons eu droit à une longue session avec le prochain Total War.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Je dois avouer être un grand fan du format des Sagas des jeux Total War. Cette approche bien plus "précise" des jeux de stratégie permet aux développeurs de Creative Assembly (pour cet opus, le studio de Sofia) de se plonger entièrement dans une époque en mettant au point des mécaniques autour de ces ères pour y immerger le joueur. Mais ce ne sont pas des jeux faits pour tout le monde. Après deux jeux Warhammer et deux gros opus axés sur Rome et la Chine, la franchise se dirige vers un trio dont les différences sont aussi fortes que les ressemblances.

Fall of the Samurai, qui a été repensé et recyclé en titre Saga, et Thrones of Brittania, qui se penche sur une période historique qui m'intéresse particulièrement, sont plus ou moins de la même taille et se déroulent sur des îles. Total War Saga : Troy se déroule autour de l'eau, sans en être entièrement entouré : la Mer Égée encerclée par les états de Grèce et de Trojan qui vont se livrer l'une des guerres les plus légendaire - et mystérieuse - de l'Histoire.

Je fus un peu surpris de savoir que le jeu ne proposerait aucun combat naval à Troie étant donné le rôle central que joue la Mer Égée (les armées qui s'affrontent en mer le feront sur des petites îles réservées spécialement à cet effet). En revanche, je ne fus pas surpris de voir que la carte était splendide. Instant confession, mais j'ai un faible pour les belles maps et CA a su proposer des environnements de plus en plus réussis. Troie ne déroge pas à la règle avec son brouillard de guerre est décoré d'iconographie grecque qui s'estompe au fur et à mesure que vous explorez les îles.

Total War Saga: Troy

J'ai débuté ma campagne dans le Sud du pays, incarnant Ménélas, roi de Sparte. Vous pourrez jouer 8 chefs de guerres et j'avais ici le choix entre Ménélas et Paris de Troie. Chacun de ces chefs doit s'occuper de querelles locales au début de son périple, même si son objectif final est de contrôler l'entièreté de la région, que ce soit via une victoire militaire totale ou bien en suivant des objectifs. Hélas, je n'ai pas joué suffisamment pour atteindre la phase de siège de la ville de Troie, qui jouera certainement un rôle capital dans le jeu. Je n'ai pu que tester le début et malgré les nombreux changements, il était relativement similaire à celui des autres opus Total War.

Ma première quête fut d'unifier ma contrée en étouffant une rébellion locale avant de prendre le contrôle de quelques villes dans le sud. La diplomatie est au cœur de Troy, il faut former des alliances partout. Pendant les tours de l'IA, il y a énormément d'allers - retours des chefs de faction qui font des demandes en échange d'allégeance. On ne peut pas encore vraiment dire comment ces relations se développeront puisque les options sont peu nombreuses et tournent majoritairement autour des cinq ressources du jeu (nous y reviendrons). La nature peu réaliste de la plupart des offres me forçait à les contrer avec de nouvelles propositions. Avec tant de cités-états avec lesquelles traiter, je crains qu'il ne faille passer trop de temps à expliquer aux autres chefs : "désolé, je ne peux pas vous donner un tiers de ma réserve de nourriture sans rien en retour."

Le paysage politique complexe signifie également qu'il faut faire très attention à qui vous attaquez et quand vous attaquez. On a très vite les yeux plus gros que le ventre, ou en tout cas, j'ai eu très vite les yeux plus gros que le ventre. Après une bataille avec une armée locale qui s'est révélée bien plus lourde en ressources que prévu, avant de pouvoir souffler et profiter de ma victoire, les alliés de mon ennemi ont rappliqué de suite et ont simplement roulé sur le peu de force militaire qu'il me restait, éliminant mes deux héros au passage.

Après un petit reset pour empêcher Ménélas de mourir, je repartais à l'assaut. Mais ce passage était un peu étrange, cela est du au fait que les personnages héroïques sont probablement trop puissants. Grâce au pouvoir d'intimidation de Ménélas qui fait paniquer les unités ennemis, mes deux derniers soldats - littéralement, deux - ont été capables de poursuivre les forces ennemies restantes, de les achever et ainsi de gagner la bataille. Et cela m'a paru un peu volé.

Total War Saga: TroyTotal War Saga: Troy

Les autres batailles auxquelles j'ai pris part étaient très prenantes, en particulier l'une d'entre elle durant laquelle j'ai réussi à arracher une victoire malgré des conditions de départ plus que défavorables grâce à un positionnement intelligent. Pour poursuivre sur cet aspect, Troy propose un champ de bataille plus réaliste que jamais. Rien de révolutionnaire, mais CA parvient malgré tout à améliorer un système qui a déjà fait ses preuves de nombreuses fois.

Revenons à la campagne pour parler du nouveau système de ressources, qui me plait énormément. Plutôt que d'être axé uniquement sur la création de richesse, il faut désormais gérer cinq ressources, les améliorations de votre ville boostent votre production, qui peut encore être renforcée via du commerce et en investissant dans un arbre de compétence s'apparentant à des décrets royaux qui vous laissent améliorer certains aspects. La nourriture est la plus importante, mais vous aurez aussi besoin de bois, de pierre, de bronze et d'or (l'or étant la ressource la plus rare). Et chacune sert à étendre votre empire d'une façon différente.

Le titre joue également sur la mythologie. En vénérant certains dieux, vous pourrez gagner des bonus. 30 petits tours n'ont pas suffit pour voir ces bonus à l'œuvre mais je suis très curieux de voir la manière dont la foi altèrera la campagne. De plus, certains agents comme les prêtresses serviront également à canaliser la "volonté divine". Si vous l'ignorez, les agents sont des unités spéciales que vous pouvez placer librement sur la carte mais qui n'ont pas de rôle direct en combat : ils sabotent, ou, dans Troy, vous octroieront les faveurs des Dieux.

Total War Saga: TroyTotal War Saga: TroyTotal War Saga: Troy
Total War Saga: TroyTotal War Saga: Troy

Les Agents épiques jouent également sur cet aspect de l'époque. La Gorgonne, le Satyre, et d'autres auront des caractéristiques uniques tirées de leurs inspirations mythologiques. Mais Total War Saga : Troy est d'abord un jeu de stratégie qui se veut réaliste, même dans sa retranscription de légendes ancestrales. C'est le cas avec les unités minotaures ou cyclopes en combat. Il n'y a rien de mystique, juste un effort commun d'ancrer le jeu dans la réalité tout en faisant en sorte de proposer quelque chose qui rendra hommage à ces contes qui ont traversé les époques.

Pour conclure, il est compliqué de prédire combien Total War Saga : Troy sera bon puisque nous avons vu peu des éléments qui le distingueront des autres opus. Les changements opérés sur les combats, la gestion de ressources et la foi nous plaisent. Nous sommes modérément excités mais certainement intrigués de voir le résultat final. Sur le papier en tout cas, tout y est, ne reste plus qu'à attendre la sortie pour le vérifier, le 13 août prochain.

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Vous regardez

Preview 10s
Next 10s
Annonces

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant