Cookie

Gamereactor utilise des cookies. En fait, notre site ne fonctionne pas sans eux. Nous ne recueillons pas de données personnelles et vous pouvez lire plus ici.

Français
tests
Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

La réédition proposée corrige tous les défauts du titre pour le transformer en un incontournable de la console.

Xenoblade Chronicles résume à lui seul le travail exceptionnel réalisé par Tetsuya Takahashi depuis plus de 20 ans. Son Xeno-univers est toujours autant vivant, malgré les différentes itérations de la saga et notamment le controversé Xenogears.

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

Ce premier opus, sorti à l'époque de la Playststation, devait servir de scénario pour Final Fantasy VII. Rien d'étonnant vu la direction artistique sinistre prise par le jeu. Néanmoins, Squaresoft avorta l'opération à cause des éléments religieux du jeu, qui provoquaient des problèmes légaux en Europe. En souvenir de cette période, Tetsuy Takahashi a essayé avec Xenoblade Chronicles de retrouver l'âge d'or du JRPG dont les fondations furent posées avec les Final Fantasy.

Dix ans après la sortie initiale de Xenoblade Chronicles, il est donné aux joueurs la possibilité de remettre les mains sur ce script, qui malgré la décennie passée, n'a pas pris une ride. C'est d'autant plus remarquable que Xenoblade Chronicles propose quelque chose d'unique sur le marché du jeu vidéo : il combine la sensibilité d'un dessin animé japonais avec un propos lourd sur l'existence humaine, mais toujours avec style.

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

Beaucoup de joueurs auront reconnu la patte de la saga grâce au récent Xenoblade Chronicles 2. Xenoblade Chronicles : Definitive Edition est quant à lui une réédition de l'opus sorti en 2010. Outre la seconde vie qu'elle offre au titre, cette version corrige les erreurs du premier opus et propose une direction artistique plus cohérente. En effet, tous les modèles sont remplacés, l'interface et le menu repensés de A à Z, sans mentionner les textures améliorées ainsi qu'une bande-originale réarrangée. Et c'est là que ça s'arrête. Contrairement à son homologue FF VII, Xenoblade Chronicles n'a rien changé dans le fond mais juste dans la forme : Interface, couleurs, polices etc.

Xenoblade Chronicles: Definitive EditionXenoblade Chronicles: Definitive Edition

Paradoxalement, Xenoblade Chronicles est un MMO ... à un seul joueur. C'est-à-dire qu'il exige d'explorer les vastes régions (toutes différentes le jour et la nuit), récupérer des items par millier pour accomplir tout autant de quêtes. Malgré l'excellence du titre à sa sortie - et il l'est toujours - un trop plein d'informations apparaissait à l'écran, polluant le cerveau et les yeux. Mais un mauvais design n'est pas toujours synonyme d'un mauvais jeu. Pourquoi ne pas allier les deux ?

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition

Cette réédition prouve que c'est possible. Les développeurs l'ont promis, et voici la promesse tenue : de tous les jeux Nintendo, Xenoblade Chronicles : Definitive Edition est l'un des plus clairs et plus visibles, d'autant plus que la saga Xenoblade est exigeante, surtout en comparaison aux autres titres habituels de la firme nippone (les Mario en tête de liste). Entre l'application de cosmétique, les quêtes, les capacités de chaque personnage (entre autres), une bonne partie du jeu se déroule dans les menus.

Xenoblade Chronicles: Definitive EditionXenoblade Chronicles: Definitive EditionXenoblade Chronicles: Definitive Edition

Malgré la prise en main fastidieuse de l'aspect MMO - souvent réservé aux américains - Xenoblade transpire du savoir-faire japonais. Le joueur y incarne Shulk, un adolescent équipé d'une mystérieuse épée lui permettant de prédire l'avenir ... dans le but de le changer, puisqu'il réserve à l'humanité une guerre avec des créatures mécaniques. L'histoire devrait plaire même aux joueurs du deuxième opus puisque ce dernier est en réalité ce qui se passe avant le titre original. Grâce à un monde revisité et une bande-originale (qui fut adaptée au style symphonique du 2), tout est préparé pour que les deux titres se nouent, surtout grâce à l'épiloque Un Avenir commun , grande nouveauté et unique déception du titre.

L'intrigue de cet épiloque prend place un an après la fin de l'opus original et est censé servir de lien entre le premier jeu et sa suite. Il orbite également autour d'un seul et unique lieu, supprimé de Xenoblade Chronicles - 2010 - pour un problème d'optimisation du titre. Malgré les promesses des développeurs, Un Avenir commun n'ajoute rien à l'histoire ni ne créer de pont entre ses itérations. Ce contenu additionnel permet de monter le temps de jeu, mais ça s'arrête là. C'est d'autant plus dommage que cette parcelle de jeu médiocre, arrive après un jeu grandiose, laissant un goût amer en bouche.

Déception de cette extension mise à part, Nintendo a changé un changé très bon jeu en un titre sans défaut. Xenoblade Chronicles : Definitive Edition est l'un des must-have de la Nintendo Switch, surtout pour les fans d'intrigues et de dessins japonais. Par ailleurs, il s'impose comme la référence du genre - même après 10 ans d'existence - et parvient à contester la main mise des triple A en proposant quelque chose de rafraîchissant.

Xenoblade Chronicles: Definitive Edition
09 Gamereactor France
9 / 10
+
Des menus transparents et clairs, une intrigue maîtrisée et une durée de vie incroyable, doublage japonais.
-
Un contenu additionnel qui laisse à désirer.
overall score
La moyenne de Gamereactor. Quelle note lui attribueriez vous? La moyenne est établie à partir des notes accordées par les différentes rédactions européennes de Gamereactor

Sur le même sujet



Chargez le contenu suivant